La plaisante allergie saisonnière

Mis à jour : oct. 4

Un de mes fils, adorable progéniture, m'inspire ce jour, un article.

Et bien oui ! Il est allergique aux pollens et graminées.


15 à 20% des Français, d'après l'INSERM. seraient concernés par la rhinite (rhume des foins) ou la conjonctivite allergiques, et 7 à 10% par l'asthme allergique, sans compter le cortège de dermites des prés et de prurit, de diminution de l'odorat, de perte du goût... On voit même apparaître de plus en plus d'allergies croisées: intolérance au pollen entraînant une intolérance alimentaire accrue aux fruits et légumes, par exemple (pomme, kiwis, céleri, sont les plus courants).


L'allergie aux pollens n'est pas nouvelle. Déjà au 5ème siècle avant notre ère, Hippocrate avait identifié l'apparition d'affections saisonnières comme le coryza au printemps. Des allergiques, il y en a donc toujours eu, mais ce qui est nouveau, c'est l'intensité du phénomène.


Ne trouvez-vous pas étrange, que chaque année, nous soyons de plus en plus nombreux à souffrir quand les « spermatozoïdes » des plantes (pollen) se mettent en quête « d'ovules » (le pistil)? Depuis les années 80, la proportion de Français touchés par ce mal saisonnier a plus que doublé.


Explications :

  • La période des pollens s'allonge avec le changement climatique. Elle débute dès la fin de l'hiver, dans un fort redoux entre deux épisodes de neige improbables.  Les premières alertes sont généralement lancées dès la mi-février. Il ne s'agit pourtant là que de la saison des arbres. S'ensuivront la saison des graminées puis celle, dans l'été, des herbacées. Le tout se termine de plus en plus tard, en septembre ou octobre. Ce n'est pas tout: les pollens sont de plus en plus agressifs. Tout ceci rend les allergies plus pénibles et plus difficiles à résorber.

  • La pollution est également responsable. Les spécialistes vous le diront : la pollution de l'air modifie la composition de certains pollens et les rend plus agressifs. C'était un facteur aggravant des allergies, aujourd'hui c'est aussi un facteur de risques. D'abord, l'augmentation de CO2 pousse les plantes à produire plus de pollens. Il y a 20 ans, par exemple, un pied d'ambroisie produisait 5,5 g de pollens, aujourd'hui il en donne le double. Ensuite, les particules protéiques des pollens se « collent » aux particules fines, de diesel principalement, ou d'ozone.

Ces pollens modifiés, mutants, baptisés « polluènes », pénètrent plus profondément dans l'arbre bronchique puis dans nos intestins. Ce phénomène explique en grande partie la progression des allergies : on estime qu'une dose de ces pollens mutants provoque les mêmes symptômes que deux doses de pollens normaux.


  • Ajoutons, enfin, que la détérioration et la baisse de la qualité de l’alimentation en termes d’apports nutritionnels et protecteurs, favorisent une baisse de l’efficacité et un dérèglement du système immunitaire.

Lâchons le mot.....hyperperméabilité intestinale ou dysbiose.

Avec cette hyperperméabilité intestinale, le système immunitaire se dérègle et libère plus d’anticorps, ce qui crée une intolérance aux allergènes, dont les pollens.


Je (re)fais un petit topo de ce qu'est l'allergie :


Les allergies saisonnières sont causées par une hypersensibilité à des allergènes d’extérieurs. Comme leur nom l’indique, elles surviennent durant une période spécifique de l’année. Elles se manifestent quand l’organisme réagit de manière trop vive face à ces substances extérieures dites allergènes, chaque année et à la même saison.

Chez les personnes allergiques, le système immunitaire produit des anticorps qui s’attaquent aux allergènes rencontrés. Les anticorps se fixent sur des cellules appelées mastocytes, qui se situent en grand nombre dans les voies respiratoires et digestives, voies par lesquelles les allergènes essaient de pénétrer dans le corps. L’organisme, par le biais des mastocytes, libère alors une substance appelée «histamine», responsable de la plupart des symptômes allergiques.

Pour déclencher une allergie, deux éléments sont nécessaires :

  • l’exposition à un allergène,

  • une prédisposition génétique à l’allergie, appelée atopie. Cette atopie est en fait une production excessive de cellules immunitaires impliquées dans le déclenchement de l’allergie.

L’activité de ces cellules déclencheuses est modifiée tout au long de la vie, en raison notamment de notre exposition aux allergènes ou à d’autres facteurs environnementaux. On ne naît donc pas allergique, mais on le devient… plus ou moins tard.


Le mot allergie dérive du grec « allos » (autre) et de « ergon » (action). C'est donc une « autre façon d'agir » pour le système immunitaire. Une réponse inadaptée, excessive, vis-à-vis d'une substance étrangère (allergène). Notre réponse immunitaire est à la fois humorale (les anticorps) et cellulaire (les lymphocytes T).


Mes conseils naturopathiques pour faire face à l'ennemi :


Les probiotiques. Compte tenu de l’interaction entre la perméabilité intestinale, le déséquilibre du microbiote, la création d’anticorps et les réactions allergiques, il est recommandé d’influencer la composition du microbiote intestinal grâce à des probiotiques, prébiotiques et glutamine pour vaincre les allergies saisonnières.

En renforçant l’immunité et en restaurant la flore intestinale, les probiotiques ont la capacité d’induire et de maintenir la tolérance aux allergènes. La glutamine permettra de corriger la perméabilité intestinale. Sans oublier la vitamine D, fer de lance du bon fonctionnement du système immunitaire.

Il est également possible de restaurer la flore intestinale grâce à un changement d’alimentation.


En cas d’allergie saisonnière, l’oligothérapie est recommandée pour renforcer l’organisme face aux allergènes. En effet, les oligo-éléments comme le Zinc, le Manganèse et le Magnésium réduisent les réactions inflammatoires et agissent efficacement sur le système immunitaire. A consommer sous forme d’ampoules buvables ou de comprimés, ils sont à prendre à jeun en cure dès la sortie de l’hiver ou en traitement de fond pendant la période des pollens.

Le Zinc protège l’organisme, agit dans la multiplication des globules blancs. En stimulant l’immunité et en activant les anticorps, cet oligo-élément est efficace pour prévenir les réactions allergiques. De plus, c’est un excellent stabilisateur de membrane, d’où ses propriétés antihistaminiques. Il est également connu comme étant un puissant immunorégulateur, indispensable pour optimiser les fonctions immunes de l’organisme.

Le Manganèse modifie, quant à lui, le terrain atopique en inhibant la sécrétion de l’histamine, le principal composant chimique libéré par le système immunitaire en cas d’allergie. Connu comme étant l’antiallergique par excellence, cet oligo-élément agit également dans le renforcement des muqueuses souvent malmenées par les allergènes.

Le Magnésium agit, quant à lui, dans le renforcement des muscles et des nerfs et reste indispensable pour stabiliser l’organisme en cas de réaction allergique. Il participe également dans la désintoxication du corps. C’est également un antihistaminique naturel par son effet régulateur sur la libération de l’histamine.


La vitamine C, antiallergique et antihistaminique.

Les manifestations allergiques sont souvent associées à une carence en vitamine C. Cela est d’autant plus fréquent chez les victimes d’allergies aux pollens, aux graminées et au foin. Une cure de vitamine C permet de déclencher une réaction antitoxique et immunorégulatrice pour prévoir les attaques d’allergène. De plus, elle agit en tant qu’antihistaminique directe, anti-inflammatoire et antiœdémateuse au niveau de la microcirculation. En agissant comme des corticoïdes, la vitamine C a également des vertus anti-infectieuses et antivirales notoires et est à associer à une prise de Quercétine pour en augmenter les effets.

La Quercétine est présente en quantité variable dans les fruits comme dans la peau des pommes, les fruits rouges (raisin, baies, cerises) et les agrumes ; dans les légumes comme le brocoli et le haricot vert ; ainsi que dans les boissons dont le thé vert et le vin rouge… mais surtout dans l’oignon rouge et l’ail, la quercétine, parfois appelée quercétol fait partie des flavonoïdes aux vertus antioxydantes. Ce type de pigments végétaux inhibe l’action de l’histamine en agissant directement au niveau des mastocytes, les cellules à l’origine des réactions allergiques.


L’aromathérapie, est également recommandée pour prévenir et pour traiter les allergies saisonnières.

Parmi les principales huiles essentielles aux propriétés antiallergiques et anti-inflammatoires figurent l’huile d’Estragon, la Camomille romaine, la Camomille allemande et le Niaouli.

Objectif : tonifier l’organisme et calmer les réactions allergiques. Le recours à l’aromathérapie doit néanmoins rester ponctuel.


La phytothérapie, vous aidera à soulager les conséquences de l'allergie, telles que le larmoiement, l'écoulement nasal, le "gratouillis" de la gorge.

On pensera donc à la Camomille matricaire ( Allemande ), le Thé vert, le Plantain, l'Echinacée ( parfait en gargarisme, pour soulager les fameux "gratouillis dans la gorge ).


Conclusion et "remèdes"

En cas de crises et pour soulager rapidement les crises et manifestations allergiques :Vitamine C, Quercétine, Oligo-élements (Zn, Mn), Magnesium, huiles essentielles, phytothérapie.


Pour le nez et ses désagréments

En olfactif

Dans un flacon, mélanger 15 gouttes d'he de Niaouli, 15 gouttes d'he de Camomille matricaire et 15 gouttes d'he d'Estragon.

A respirer directement au dessus du flacon, pour calmer les éternuements ou écoulements du nez. Vous pouvez également en déposer quelques gouttes, sur votre mouchoir, afin de pouvoir les respirer régulièrement.


Pour les yeux, ses démangeaisons et larmoiements

En cataplasme EXTRÊMEMENT EFFICACE

Faites une décoction, 100gr de camomille matricaire séchée, pour 1L d'eau. Laissez bouillir 15 min. Une fois le feu éteint, laissez infuser encore 15 min. Filtrez, laissez refroidir.

Mouillez une compresse avec le liquide, appliquez sur les yeux, ou nettoyer les écoulements.


En prévention et tout au long de l’année, il sera intéressant d’effectuer un travail de terrain pour ré-équilibrer et réguler le système immunitaire bien évidemment.


"Prenez soin de vous, vous avez toutes les cartes en main"


#allergie #conjonctivite #conseilnaturopathique #sante

0650661606

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône
certifie1.png

©2020 par Mège Valérie

Siret : 418 945 929 00051

Mentions légales

Politique de confidentialité